Actualités & Parutions

Retrouvez les actualités d’alertgasoil™ à travers les partages de l’entreprise et les parutions medias.

16 novembre 2020
Article

VECTO : quel impact pour les professionnels du transport ?

by a.palli in

Image VECTO : quel impact pour les professionnels du transport ?
Body

VECTO : quel impact pour les professionnels du transport ?

Vecto pour Vehicle Energy Consumption Calculation Tool est un outil de simulation de consommation des véhicules lourds. Ce programme a été développé à l’Université de Graz en Autriche. Il fait suite à l’instauration du règlement 2019/1242 du Parlement européen sur le dioxyde de carbone pour les véhicules lourds (dont les poids lourds) entré en vigueur le 14 août 2019 dans toute l’Union Européenne. Découvrez les véhicules concernés par cette norme, les avantages de Vecto et ses limites pour les entreprises de transport.

Qu’est-ce que VECTO ?

Vecto est un programme de simulation assistée par ordinateur conçu par la Commission Européenne et plus précisément par la Direction générale Climat. Son but ? Calculer la consommation d’un poids lourd ainsi que ses émissions de CO2. Il a été mis en place en 2019. Les données utilisées proviennent des constructeurs européens qui ont l’obligation de communiquer - via Vecto - certaines des données des poids lourds commercialisés. Ceci pour que l’outil de calcul de la consommation d’énergie des véhicules puisse simuler consommation de carburant et émissions de CO2.

À l’horizon 2025, les émissions de CO2 devront être réduites de 15 % pour les gros camions par rapport à une base établie entre 2019 et 2020. Les diminutions devant être de l’ordre de 30 % d’ici 2030. La raison ? Les poids lourds représentent 70 % des émissions de CO2 de l’ensemble du parc des véhicules lourds contre seulement 25 % pour les camions, bus et autocars. À l’échelle de L’Union européenne, l’ensemble de ces véhicules - poids lourds compris - représente 6 % des émissions de carbone.

Simliateur

De la simulation à la mesure

Les données fournies par les constructeurs ne sont pas forcément adaptées aux cas particuliers. Ainsi, les habitudes de conduite, les temps de chargement-déchargement, les trajets dans une circulation à forte densité, sous la neige et des phénomènes comme le temps moteur allumé véhicule à l’arrêt (TMAVA) ne sont pas pris en compte dans la simulation délivrée au transporteur lorsqu’il acquiert un poids lourd.

Il est donc nécessaire d’élargir le champ de pilotage de la consommation grâce à des indicateurs pondérés par des données récoltées sur le terrain. et qui contribuent à réduire ces émissions :

  • Le temps moteur allumé véhicule à l’arrêt (TMAVA) qui, en plus d’augmenter les émissions, engendre un accroissement de la consommation de gasoil.
  • Les habitudes du chauffeur au volant. Sachant qu’une conduite en surrégime (mesure du nombre de tours minutes), la faible utilisation du frein moteur et une vitesse peu constante avec de multiples accélérations et coups de frein contribuent aussi à augmenter les émissions de CO2.
  • Il comprend aussi des fonctionnalités d’optimisation de la consommation de carburant en permettant, notamment, d’éviter le vol de carburant (siphonnages et vols à la pompe) et les pleins trop fréquents qui entraînent du temps de travail inutile et du poids mort transporté.

L’oeil de l’expert Alertgasoil™

Trois questions à Mickael Drombry, directeur général chez Alertgasoil™ et spécialiste technique -TF on-board fuel consumption & payload measurement auprès de la Commission européenne.

1. La réglementation sur les émissions de CO2 va-t-elle évoluer prochainement ?

Oui et c’est inéluctable ! La dynamique amorcée d’abord par la COP 21 puis concrétisée via les accords de Paris montre clairement le sens des réglementations à venir. Il est de la responsabilité de tous, à notre niveau, d’œuvrer pour cette transition. C’est dans ce cadre que le Projet de règlementation sur les standards d’émissions de CO2 a vu le jour (basé sur l’outil VECTO) avec un objectif de – 30% d’émission de CO2 pour les véhicules mis en service en 2030. l’objectif est clair : impliquer professionnels et industriels dans une démarche vertueuse pour « casser » les émissions de gaz à effet de serre.

2. À quel moment les constructeurs vont-ils devoir fournir aux acheteurs les données issues de Vecto ?

C’est déjà le cas, puisque VECTO est en place depuis 2018. Ce qui, en revanche, n’est pas encore en place est l’approche par la mesure réelle pour corroborer les données issues de VECTO. La Commission Européenne, si elle implique toutes les parties prenantes dans la réflexion, souhaite néanmoins avancer vers un modèle « autonome » permettant d’avoir un portail public à disposition. L’objectif est simple : transparence de la consommation dans l’intérêt de l’utilisateur final et de l’environnement.

3. Quel est le modèle idéal pour mesurer les émissions?

Toute mesure ne trouve sa pertinence que dans le monitoring de la valeur initiale, ici le stock en réservoir. Une fois cette donnée maîtrisée, il s’agit d’aller recenser toutes les consommations « exotiques » non productives pour la conduite : vol, gaspillage, comportement erratiques…Cette vision « élargie permet ainsi un pilotage par la mesure. C’est pour moi la meilleure approche pour donner les moyens d’allier démarche écologique et démarche économique.

Bouton de teste Ce bouton redigerà le visiteur vers la page Calculateur A réfaire avec une graphique